Pascal Pelletier aux portes de St-Martin-de-Fraigneau (17 juillet 2005)


Depuis 2002, j’ai une correspondance par courriel avec un collègue généalogiste qui, avec son épouse, passe généralement les vacances dans sa petite maison d’été de la commune de Boisse, située à quelques km de St-Martin-de-Fraigneau.

Grâce à cette proximité, ils m’ont souvent aidé à obtenir des copies de documents reliés à l’ancêtre Pierre Pelletier et aux autres Pelletier ayant vécus durant la même période à St-Martin-de-Fraigneau.

En début d’année, et en prévision de notre voyage en France, il décida de téléphoner à la mairie afin de s’enquérir d’une personne ressource pouvant me rencontrer pour nous expliquer comment pouvait avoir vécu l’ancêtre et comment la commune s’est développée jusqu’à nos jours. C’est une dame qui a répondu à l’appel.

Madame Bély, historienne et amie d’enfance du maire, nous a confirmé dernièrement que ce dernier reviendrait expressément de vacances pour me rencontrer. Il était ravi de constater que dans sa petite commune, un de ses anciens habitant avait laissé une grande descendance en Amérique, ce qu’il ignorait totalement.



21 juillet 2005

La rencontre avec le mairie fût planifiée dans les jours précédant mon départ. Outre le président, Denis, et le nouvel éditeur de la revue, Jean-Denis, lui aussi descendant de Pierre, les membres du conseil d’administration de l’association n’ont pas été informé.

Sur place, je ne croyais y rencontrer que monsieur le maire et madame Bély. Quelle erreur ! Ces derniers s’y trouvaient certes mais des conseillers municipaux aussi. Parmi eux, Monsieur Marcel Pelletier, ancien conseiller municipaux de la commune était présent. Il n’a pas été en mesure de me parler de sa généalogie, ce n’est pas un sujet qui a retenu ses passe-temps. Il était toutefois ravi de rencontrer un « cousin » Pelletier du Québec.

En tout, une douzaine de personnes nous attendaient à la mairie ce matin là et j’ai réalisé après de longues minutes que les questions que l’on me posait sur Pierre l’étaient par deux journalistes du Vendée Matin et du Ouest France. Alors, sans mes notes personnelles, j’ai narré ce que je savais de ce bon vieux Pierre, de son établissement en Nouvelle-France et de sa descendance majoritaire que l’on rencontre aujourd’hui dans la région de l’Assomption.

Une fois la photo officielle faîte et après le départ des journalistes, ce fut le temps du vin d’honneur, un Sauterne, à la mémoire de Pierre et au retour officiel de ses descendants sur le sol qui l’a vue naître.

Ayant prévu le coup, j’avais apporté des cadeaux à titre personnel. Pour madame Bély, puisqu’elle nous a facilité l’ouverture des portes de la mairie, je lui ai remis une compilation des œuvres de Gilles Vigneault. Et pour monsieur le maire, le premier tome « Histoire populaire du Québec » de Jacques Lacoursière. Ils étaient visiblement surpris et émus de recevoir un cadeau.

C’est alors que j’ai saisi l’occasion pour demander au maire s’il pouvait explorer la possibilité, avec les conseillers municipaux dont la majorités étaient présent, de perpétuer selon la façon qu’ils jugeraient à propos, la mémoire de Pierre Pelletier. Que ce soit par une plaque, un monument ou une rue. Et qu’il me ferait bien plaisir de revenir rapidement en France pour assister au dévoilement.

J’ignore ce qu’il adviendra de ma demande, mais je crois que l’idée de nommer une rue au nom de Pierre Pelletier à obtenu le plus de votes spontanés. Monsieur le maire semblait également en faveur de cette idée. Il devrait me faire parvenir une lettre à la fin des vacances à ce sujet.

La rencontre s’est poursuivie lorsqu’il m’a apporté les registres originaux afin que je puisse voir de visu les actes de baptême de Pierre et de son frère Louys. Actes que j’ai rephotographiés en pleine résolution numérique.

Avant de partir, monsieur le maire m’a bien fait comprendre de revenir aussi souvent que je le voulais à St-Martin-de-Fraigneau car j’y étais bienvenue et un peu chez moi.

Pascal Pelletier (St-Amable, août 2005)

M. le maire Bernard Guérin, Pascal Pelletier et Madame Bély.

 

Lecture des registres (originaux)

 

 

Pascal et Marcel Pelletier, ex-conseiller municipal de St-Martin-de-Fraigneau

 


Une visite à St-Martin-de-Fraigneau (juillet 2005)

 

Auteur : Pascal Pelletier
Publié dans La Pelleterie, bulletin 48, volume 19, No 3 - automne 2005
Pour commander ce numéro : formulaire de commande.

 

©Association des Familles Pelletier Inc. / Photos : © Collections privées de Pascal Pelletier, Jean-Denis Pelletier et Richard Lebrun